LIBERTÉ, J’ÉCRIS TON NOM

Défendre la liberté d’expression et de création, c’est la mission du PEN Club français qui lutte depuis 1921 contre toutes les formes de censure. Il prolonge ainsi en France les ambitions du PEN International, organisation qui relie une communauté mondiale d’écrivains.

Pen club 1Acronyme du mot anglais « pen » (stylo), le sigle résume les différents métiers de l’écriture: P pour poets et playwrights (poètes et dramaturges); E pour essayists et editors (essayistes et éditeurs); N: pour novelists et non-fiction authors (romanciers et auteurs de non-fiction).

Le PEN Club français est présidé par Emmanuel Pierrat, écrivain et avocat spécialiste en droit de la propriété intellectuelle et en droit de presse. Il a succédé au poète, essayiste et critique littéraire Sylvestre Clancier, natif de Limoges. Parmi les illustres présidents passés, on peut citer le premier: Anatole France, entre 1921 et 1924 puis Paul Valéry durant la décennie suivante.
Organisé autour d’un directoire, le PEN Club français est composé de quatre comités œuvrant pour les écrivains persécutés, la diversité et les droits linguistiques, mais aussi les femmes écrivains et la paix dont l’écrivain et psychanalyste briviste, Philippe Bouret, est vice-président.

Voilà bientôt 100 ans que le PEN Club français agit. Aujourd’hui encore, il reste très actif et entreprend des actions en faveur des écrivains persécutés à cause de leur expression et de leurs idées.
En 2017, grâce à son intervention, le PEN club a pu obtenir la libération du jeune écrivain algérien Anouar Rahmani. Plus récemment, c’est l’expulsion du territoire français de l’écrivain et journaliste guinéen en exil Adama Diané, menacé dans son pays d’origine pour ses écrits, qui a pu être évité.
A présent, leurs efforts se concentrent sur le romancier Ahmet Altan, condamné le 16 février dernier à la perpétuité au pays d’Erdogan. Il compte parmi les 80 écrivains emprisonnés en Turquie.