Les invités du président

  • Les invités d’Eric Fottorino

    Les nouvelles frontières du journalisme. Avec Bruno Patino (La civilisation du poisson rouge, Grasset), Martine Laroche-Joubert (Une femme au front, Le Cherche midi), Anne Nivat (Dans quelle France on vit, Fayard), Sandrine Thomas et Eric Fottorino.

    « Dans une époque où le trop d’info – on parle d’infobésité –  et le mal info se font la courte échelle, dans une époque de désinformation, – on parle de fake news ou d’infox – démultipliées par l’accélération du temps médiatique et la frénésie déformante des réseaux sociaux, le métier de journaliste est bousculé dans ses fondements : comment informer, c’est-à-dire hiérarchiser, trier, contextualiser, donner du sens, valider ? Une tentative d’appréhender le réel dans une société du spectacle où comme le disait Guy Debord, « le vrai n’est plus qu’un moment du faux ». A la recherche du réel, de la vérité à bonne distance des écrans et des algorithmes. « 

    Samedi 9 novembre, 15h, forum Alain Gazeau.



  • Les invités d’Eric Fottorino

    Céline Alvarez et Christophe André. L’auteur d’Une année pour tout changer (Les Arènes) et le médecin psychiatre, auteur de Le temps de méditer (L’Iconoclaste) parleront avec le président de l’éducation et des enfants pas comme les autres.

    « Tous les enfants ne sont pas adaptés au système scolaire. Parce qu’ils connaissent des troubles de l’apprentissage au savoir, parce qu’ils sont enfermés dans leur univers où communiquer avec les autres est une souffrance. Parce que l’école n’est pas forcément adaptée à la différence. A travers des témoignages et des analyses de praticien de terrain, comment y voir plus clair pour aider ceux que l’école rejette à suivre un parcours tenant compte de leurs fragilités, de leurs capacités hors-normes et tout simplement de leur singularité. « 

    Samedi 9 novembre, 12h, espace Jean d’Ormesson – Théâtre



  • Les invités d’Eric Fottorino

    Costa-Gavras. Une leçon de cinéma au Rex avec le réalisateur franco-grec qui publie ses mémoires Va où il est impossible d’aller (Seuil). A la conversation suivront deux projections Adults in the room, le dernier film de Costa-Gavras et Z, un de ses premiers…

    « Un humaniste, un artiste engagé, un grand cinéaste, fidèle dans ses combats comme dans ses amitiés, Costa-Gavras s’est imposé à moi quand j’ai pensé proposer de découvrir ou de redécouvrir l’œuvre d’un géant du 7e art qui a souvent adapté de grands livres: Clair de femme de Romain Gary; Z de Vassilis Vassilikos, et bien sûr L’Aveu d’Arthur London. Avec son dernier film Adults in the room adapté du témoignage de Yanis Varoufakis sur la crise grecque, il nous offre une fois encore, en primeur à Brive, la preuve que l’art et les convictions peuvent offrir un mariage détonant. « 

    Samedi 9 novembre, Rex, 20h-1h du matin.



  • Les invités d’Eric Fottorino

    Le 1 et Zadig: Quand le papier résiste ! Avec, autour d’Éric Fottorino, Aurélien Bellanger (Le continent de la douceur, Gallimard), Irène Frain (Je te suivrai en Sibérie, éditions Paulsen) et Anne Nivat (Dans quelle France on vit, Fayard).

    Dimanche 10 novembre, 16h, forum Alain Gazeau.



2018, Delphine de Vigan.
2017, Laurent Gaudé.
2016, Daniel Pennac.
2015, Danièle Sallenave.
2014, Jean Teulé.
2013, Alain Mabanckou.
2012, Erik Orsenna
2011, Antoine Gallimard.
2010, Jean Christophe Rufin.
2009, Laure Adler.
2008, Frédéric Beigbeder.
2007, Bernard Pivot.
2006, Jean d’Ormesson.
2005, Abdou Diouf.
2004, Hélène Carrère d’Encausse.
2002, Christian Poncelet.
2001, Edmonde Charles-Roux.
2000, Yves Berger.
1999, Pierre-Jean Rémy.
1998, Jean-Marie Rouart. 1997, Bernadette Chirac. 1996, Philippe Labro. 1995, Philippe Douste-Blazy. 1994, Jean Favier. 1993, Jacques Rigault. 1992, Emmanuel Leroy-Ladurie. 1991, Jean-Manuel Bourgois. 1990, Jean Charbonnel. 1989, François Nourissier. 1988, Hervé Bazin. 1987, Jean d'Ormesson.

  • Au nom de Rose

    Dans Né d’aucune femme de Franck Bouysse (La Manufacture de livres, janvier 2019) rayonne Rose, gamine de 14 ans, salie par la vie et souillée par les hommes. Elle est l’héroïne malgré elle de ce roman au souffle incandescent qui fouille les entrailles du mâle et les abysses du mal. Née dans une famille miséreuse, elle mène aux côtés de ses parents et de ses sœurs une existence besogneuse mais heureuse. En tout cas jusqu’à ce que son père décide de la vendre au maitre des forges, un ogre, pour compenser ce fils jamais né du ventre de sa femme. Ici commence l’enfer pour Rose. L’enfer et l’espoir. Car loin de s’avouer vaincue, elle va lutter pour survivre, pour vivre et écrire.



  • En pleine nature

    La vie dans les bois (Allary éditions, avril 2019) est le journal d’une immersion en pleine nature. Jennifer Murzeau, romancière et journaliste spécialiste des sujets environnementaux s’est aventurée une semaine dans les bois, sans eau ni nourriture, pour renouer avec la nature. Partie avec un hamac, un couteau et François (son guide!), elle a descendu la Charente en canoë, dormi sur ses rives, appris à faire du feu avec du bois humide, à se nourrir de plantes bouillies… Les Pyrénées lui tendaient les bras. Elle n’a pas reculé face à l’immensité, la peur, l’orage, la beauté et au bout du chemin, l’humilité. Avec autant d’humour que de sensibilité, cette citadine assumée livre le récit de son expédition. Une expérience ultime à la portée de chacun.



  • Le cerveau en trompe l’œil

    Votre cerveau vous joue des tours (Allary Éditions, avril 2019), c’est Albert Moukheiber qui le dit ! Dans son essai, le docteur en neurosciences cognitives examine les capacités du cerveau à nous raconter des histoires. Il reconstruit le réel en permanence. L’illusion est amusante lorsqu’il s’agit de magie, plus problématique quand elle agit sur nos vies, nos opinions. Riche de nombreux exemples tirés de la vie quotidienne et de récits d’expériences de psychologie sociale, cet essai rend accessibles les dernières découvertes des neurosciences. Il propose aussi des outils pour mieux se prémunir contre les phobies et autres fake news et faire de notre cerveau un allié sur qui on peut vraiment compter.