Auteurs en résidence: Le livre d’après

Depuis 2011, une vingtaine d’auteurs sont venus en résidence d’écriture à Brive. Il reste de leur passage dans la cité des liens tissés avec les habitants, des ateliers animés, des envies d’écriture cultivées et bien sûr aussi des livres publiés à l’occasion de cette parenthèse heureuse et féconde durant laquelle nombreux sont ceux à décrire une « liberté d’écriture totale », une « apesanteur sociale ». La plupart d’entre eux ont continué leur chemin d’écrivain et donné naissance à d’autres livres, à la faveur d’autres résidences parfois. Voici leurs derniers ouvrages parus ou à paraître.

Franck Bouysse, Buveurs de vent, Albin Michel. Août 2020.

Buveurs_de_ventIls sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Quatre, frères et sœur, soudés par un indéfectible lien. Marc d’abord, qui ne cesse de lire en cachette. Matthieu, qui entend penser les arbres. Puis Mabel, à la beauté sauvage. Et Luc, l’enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d’être un jour l’un des leurs. Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l’animal à sang froid…

Dans une langue somptueuse et magnétique, Franck Bouysse nous emporte au cœur de la légende du Gour Noir, et signe un roman aux allures de parabole sur la puissance de la nature et la promesse de  l’insoumission.

Franck Bouysse, né en 1965 à Brive-la-Gaillarde, a été enseignant en biologie et se lance dans l’écriture en 2004. Grossir le ciel en 2014, puis Plateau en 2016 rencontrent un large succès. Son roman Né d’aucune femme (La manufacture de livres) remporte de nombreux prix littéraires dont le Prix des libraires et impose Franck Bouysse sur la scène littéraire.

*******************************

Lucille est née au milieu des marais salants de la baie de Bretagne. Très tôt, elle apprend auprès d’Agnès une saulnière qui est aussi sonneuse de cornemuse, à extirper le sel des entrailles de la terre. De cette passion secrète, elle veut en faire son métier. Mais dans la Bretagne des années 60, les salines sont rarement léguées aux femmes. Son père a prévu d’offrir celle de sa famille à son frère qui perpétuera la tradition.
La jeune femme quitte le marais et devient vendeuse à Nantes. Dès qu’elle a un moment, elle vend des pochons de sel. Mais cela ne suffit pas à lui faire oublier le pays maraîchin. Car tout, y compris l’amour, la ramène à la terre salée du marais, là où son corps et sa vie embrassent l’eau et la lumière.

Dans ce roman empreint d’humanité et de poésie, Catherine Ecole-Boivin, l’auteure de La Métallo, prix Ouest 2019, dresse le portrait d’une femme prête à tout pour prendre sa place parmi les hommes sur cette terre qui est la sienne, la baie de Bretagne, ses mystères et ses coutumes ancestrales.

Catherine École-Boivin est née dans la Hague et habite depuis presque 20 ans en Loire Atlantique. Biographe et romancière, elle prépare en 2018 un doctorat en sciences humaines à l’université de Nantes. Elle est également professeure à Saint Nazaire.

*******************************

  • Andréas BeckerLa Castration aux éditions d’En bas. Août 2020.

la castrationLa Castration est une folle épopée, nous menant du Nord de l’Allemagne et de sa culture protestante à la Capitale de la France qui est bien plus qu’un décor : un personnage à part entière. Rarement on a vu ainsi décrite la ville de Paris, ses rues, la gare et son buffet, la Seine. Toute une galerie de personnages mystérieux se regroupe autour du castrateur, mais lui n’a qu’une idée en tête : réaliser le crime ultime et éliminer la dernière de ses victimes.

Andréas Becker est écrivain de naissance. Il lui fallut cinquante ans de vie et un changement de langue pour le comprendre. Né en Allemagne, il s’exprime dans un français retravaillé comme matière brut, dans un langage inventif, joueur, parfois drôle et toujours surprenant. Ses livres donnent lieu à des adaptations au cinéma et au théâtre auxquelles il contribue. Becker vit et travaille à Paris.

*******************************

cinq mains coupéesSophie Divry a publié six ouvrages, des fictions et des essais, dont La Condition pavillonnaire en 2014 (mention spéciale du prix Wepler-Fondation La Poste) et Trois fois la fin du monde en 2018 (prix de la Page 111).

Mais dans Cinq mains coupées, pas une phrase ne sort de son imaginaire, pas un mot n’est d’elle. Ce sont ceux de Gabriel, de Sébastien, d’Antoine, de Frédéric et d’Ayhan. L’un travaillait à l’usine, l’autre amarrait les bateaux, était plombier, étudiant ou apprenti chaudronnier. Tous sont Gilets jaunes et ont eu la main arrachée un samedi de manifestation par une grenade bourrée de TNT.

Ce livre, c’est leur histoire, personnelle mais aussi collective car tous font partie d’un même corps, celui des invisibles. Invisibles dont l’écrivaine qui a réalisé ces entretiens entre septembre 2019 et février 2020 fait entendre la voix.

*******************************

  • Jérôme Leroy, Lou après tout, Syros. Mai 2019.

Lou-apres-tout-tome-1-Le-grand-effondrementLorsque la civilisation s’est effondrée, le monde allait mal depuis longtemps. Bouleversements climatiques, émeutes, épidémies inquiétantes et dictatures… c’était un monde en bout de course où l’on faisait semblant de vivre normalement. Le Grand Effondrement était inévitable, mais nul n’aurait pu imaginer ce qui allait suivre.
Lou et Guillaume font partie des survivants. Elle est adolescente, lui a une trentaine d’années. Il l’a recueillie quand elle était toute petite. Réfugiés dans une ancienne villa perchée sur un mont des Flandres, ils savent que le danger peut surgir à tout instant.

La-petite-gauloiseL’un des derniers livres parus de cet auteur très prolifique est La petite gauloise, la manufacture de livres. Mars 2018.
Dans une grande ville de l’Ouest, le temps est suspendu et l’on s’attend au pire. Enfin, si seulement on savait à quoi s’attendre… Mais il aurait fallu que l’indic parle plus tôt. Ou que le flic auquel il s’est confié avant d’être descendu ne soit pas lui aussi tué par erreur. Il aurait fallu que les types qui préparent le coup ne se retrouvent pas éparpillés aux quatre coins de la ville, planqués dans des caves et des entrepôts. Il aurait fallu que cette affaire-là ressemble à ce que l’on connaît. Seulement qui pouvait prévoir que tout repose entre les mains d’une gamine encore au lycée, de cette petite gauloise mystérieuse et prête à tout pour que sa vie ait un sens.

Après Le Bloc et L’Ange gardien, Jérôme Leroy, subtil observateur des dérives politiques et identitaires de notre société, offre un nouveau roman incisif et troublant.

Jérôme Leroy, né à Rouen le 29 août 1964, est un écrivain français auteur de romans, de romans noirs, de romans pour la jeunesse et de poésie. Ancien professeur à Roubaix, il publie son premier roman en 1990, pour lequel il reçoit le Prix du Quartier latin. Lauréat du Prix de l’Académie française (2010) mais aussi de nombreux autres, il est l’auteur de nombreuses préfaces. 

*******************************

  • L'éternel printempsMarc PautrelL’éternel printemps, Gallimard. Août 2019.

«J’avais vu juste, elle n’a personne dans sa vie actuellement. De son côté, elle sait que je suis séparé. Elle a été mariée, a divorcé, n’a pas d’enfants. Elle sort peu, mais elle aime aller au restaurant. Parler sans fin en mangeant est également un de mes grands plaisirs.»

Marc Pautrel est né en 1967. Après des études de droit, il a décidé de se consacrer à l’écriture. Il a publié huit romans aux Éditions Gallimard dans la collection «L’Infini» : L’homme pacifique (2009), Un voyage humain (2011), Polaire (2013), Orpheline (2014), Une jeunesse de Blaise Pascal (2016), La sainte réalité (2017), La vie princière (2018) et L’éternel printemps (2019).

*******************************

  • Théo Ananissoh, Delikatessen, chez Gallimard. Octobre 2017

Delikatessen«Soudain, ils sont devant la mer océane. L’infinie et mugissante masse liquide. Cette agitation immémoriale. Les phares éclairent les vagues têtues et leur écume blanchâtre. Énéas prend peur ; véritablement. On retrouvera peut-être son corps gonflé d’eau salée plus loin à l’est, sur la plage d’Aného, la ville, le pays de ses parents. Ils vont le noyer! Voilà ce qu’ils ont en tête.»
Lomé, Porto, Aného en Afrique de l’Ouest. Des villes baignées par l’Atlantique. Ensoleillées le jour, venteuses la nuit. Un ballet à haut risque. Quatre hommes et une femme. Point de fixation de tous les désirs : Sonia Sika, trente-deux ans, deux enfants, célèbre animatrice d’une télé locale, gérante d’un bistrot, en instance de divorce. Les hommes sont d’âges, de conditions et de qualités opposés. Prise au jeu de la séduction, Sonia esquive, s’abandonne, s’échappe. C’est la folle et périlleuse danse des ardeurs dans une société où tout naît, croît et se métamorphose sur la plus obscène corruption.

Théo Ananissoh est né en 1962 en Centrafrique de parents togolais. Après des études de lettres à la Sorbonne, il a enseigné la littérature africaine francophone à l’université de Cologne. Chroniqueur à la revue littéraire L’Atelier du roman, il a publié aux éditions Gallimard : Lisahohé (2005), Un reptile par habitant (2007), Ténèbres à midi (2010). Aux éditions Elyzad sont parus un récit sur la jeunesse tunisienne dans le recueil Vingt ans pour plus tard (2009) et les romans L’invitation (2013) et Le soleil sans se brûler (2015).

*******************************

mmdetheLa poésie, comme l’amour, se joue du temps qui passe. Alors, un poème d’amour… Initialement paru au Cormier avec une préface de Pierre Dhainaut il y a près de quarante ans, réédité deux fois (Labor puis Hors Commerce), ce poème de l’initiation amoureuse compte parmi les œuvres majeures de Werner Lambersy qui est lui-même l’une des voix les plus profondes et originales de la poésie contemporaine.

Poète majeur de la littérature francophone, Werner Lambersy a composé une œuvre très riche. Né à Anvers, Werner Lambersy vit et travaille à Paris. Variant le ton et la forme, de l’extrême dépouillement à une respiration ample, sa poésie poursuit une méditation ininterrompue sur le dépassement par l’amour et l’écriture. Il est aujourd’hui traduit dans plus de 20 langues.
A noter dans son œuvre, parmi les nombreux recueils parus : Maîtres et maisons de thé (1979) une œuvre majeure, deux anthologies personnelles : Présence de la poésie (Les Vanneaux) et  L’éternité est un battement de cils chez Actes Sud.

*******************************

le livre des départs«Je suis un migrant, un chien mille fois blessé qui sait explorer une ville. Je sors et je fais des cercles autour de mon immeuble. Je renifle les bars et les restaurants.»
Velibor Čolić, à travers le récit de son propre exil, nous fait partager le sentiment de déréliction des migrants, et l’errance sans espoir de ceux qui ne trouveront jamais vraiment leur demeure. Il évoque avec ironie ses rapports avec les institutions, les administrations, les psychiatres, les écrivains, et bien sûr avec les femmes qui tiennent une grande place ici bien qu’elles aient plus souvent été source de désir ardent et frustré que de bonheur. Son récit est aussi un hommage à la langue française, à la fois déchirant et plein de fantaisie.

Velibor Čolić est né en 1964 en Bosnie. Jeune chroniqueur radiophonique et écrivain il s’est trouvé enrôlé dans l’Armée bosniaque aux pires moments de la guerre, témoin des abominations commises dans les tranchées et les villages « ethniquement purifiés ». Il déserte l’armée croato-bosniaque en 1992, puis est fait prisonnier avant de réussir à s’enfuir. Réfugié politique en France, il vit longtemps à Strasbourg, où il travaille dans une bibliothèque et collabore aux Dernières Nouvelles d’Alsace. Auteur de plusieurs ouvrages en serbo-croate (cinq en tout), traduits en français par Mireille Robin, il s’attache à combattre, par la littérature, le désarroi extrême de ceux qui ont vu abolir toute humanité en l’homme.

*******************************

  • Philippe Mathy, Battements crépusculaires, chez Tetras Lyre. Janvier 2019

battements-crepusculaires-150x154Ces six poèmes sont nés suite à la découverte, par Philippe Mathy, de l’œuvre de Salvatore Quasimodo (1901-1968) et de ce poème qui figure en frontispice du livre : « Chacun se tient seul sur le cœur de la terre transpercé d’un rayon de soleil et soudain c’est le soir ». C’est la sixième collaboration de Philippe Mathy avec l’artiste André Ruelle. Leurs œuvres sont similaires à bien des égards. La même attention apportée à la contemplation et au silence. Une même sensualité pour les fruits d’ici-bas. Les deux artistes sont sensibles au monde qui s’anime ou s’agite autour de nous non pour le reproduire mais comme des artisans soucieux d’y déceler la beauté ignorée, la part invisible du rêve, des désirs.

Veilleur-d-instantsIl a également publié Veilleurs d’instant, aux éditions de L’herbe qui tremble. Ce recueil retrace le cheminement du poète de l’obscurité à la lumière, lumière qui relie « comme un pont » les rives de la Loire, rivière qu’il affectionne tout particulièrement. Pour « repousser la nuit » et ses « moments précaires » ou son « silence » qui « fouette [l]es souvenirs », il invite ses lecteurs, dans une veine néo-lyrique, à réenchanter l’être-au-monde, ses « petits riens » qui, si l’on écoute bien, font résonner « la voix basse du bonheur ».
La poésie de Philippe Mathy est comme l’eau d’une rivière qui change en pierres polies même les roches les plus tranchantes, à force de couler et de les caresser.

Philippe Mathy, né en 1956, habite la Picardie belge. De formation littéraire, il enseigne à Tournai. Membre du comité de rédaction du Journal des poètes, il participe aussi au comité organisateur des Biennales internationales de la poésie de Liège. Il a publié notamment : l’Atelier des saisons (Cheyne, 1992, 1999), Monter au monde (Rougerie, 1994), Jardin sous les paupières (Le Taillis Pré, 2002), Un automne au creux des bras (L’Herbe qui tremble, 2009), Barque à Rome (id., 2011) et Sous la robe des saisons (id., 2013).

*******************************

monts et merveillesMonts et Merveilles raconte l’attention formidable d’un couple, son inventivité, sa complicité. Dès les premières pages, on peut lire la métaphore d’un accouchement, d’une naissance, la transformation d’un paysage intérieur, on observe ensuite deux bricoleurs ingénieux appliqués à changer le décor de leur vie.

Juliette Binet est née en 1984 à Rennes. Elle grandit à Tours puis à Nantes, étudie aux Arts Décoratifs de Strasbourg où elle apprend à tailler ses crayons, entreprend de raconter des histoires en images et passe un diplôme en 2007. Elle vit et travaille désormais à Paris. Elle est l’auteur d’Edmond, Tels Quels et l’Ombre d’Igor chez Autrement, de Jonas et de L’Horizon Facétieux chez Gallimard Giboulées et du Cousin chez Albin Michel. Au Rouergue, elle a déjà publié Un courant d’air en 2012, Hourra ! en 2015 et Le Mauvais pli en 2017.