Prix de la langue française

François WEYERGANS

Lauréat 1997

A 19 ans, François Weyergans devient membre de l’équipe des Cahiers du Cinéma et tourne son premier court-métrage Béjart (1961) primé au festival de Bergame.
Il reçoit ensuite le Prix Roger-Nimier pour Le Pitre (Gallimard, 1973) qui annonce le ton de son œuvre, ludique et parodique, jonglant entre humour noir et blanc. Alors que les Prix Rossel et des Deux Magots honorent Macaire le Copte (Gallimard, 1981), La Démence du boxeur (Grasset, 1992) reçoit le Prix Renaudot.
Enfin le Prix Goncourt est attribué à son roman Trois jours chez ma mère (Grasset, 2005), prix qui le réjouit car un public plus large encore va lire son livre, un public qui, comme il le dit « ne sait pas comment je m’appelais avant ».

François Weyergans est élu en 2009 à l’Académie française, au fauteuil d’Alain Robbe-Grillet.

Dernier livre paru :
Royal romance, Éditions Julliard (2012)