Prix de la langue française

Michel CHAILLOU

Lauréat 2002

Autodidacte, Michel Chaillou explique sa méthode en dialoguant avec Jean Védrines dans L’écoute intérieure :
« Une manière de poser l’oreille sur le sol de la page pour enfin entendre le mystère de ce qui survient. Car écrire, c’est lire (…) mais lire ce qui n’existe pas encore ».

Après avoir croisé les chemins de Roland Barthes et Philippe Soupault, il publie son premier roman Jonathamour (Gallimard, 1968), qui sera suivi d’une trentaine de livres, des romans et des essais. On doit à cet amateur de littérature classique un Petit guide pédestre de la littérature française au XVIIe siècle (Hatier, 1990), que Pierre Bourdieu a salué dans ses Règles de l’Art.

En 2007, Michel Chaillou reçoit le Grand prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre. L’Hypothèse de l’ombre (Gallimard) sera son dernier roman.

Dernier titre paru en 2015 :
Journal 1987-2012
, publié à titre posthume par les éditions Fayard.